Ce jour-là, 24 septembre comme aujourd’hui mais 1991, tout part de la veille, soit le 23 septembre 1991 lorsque des militaires zaïrois, mécontents de la solde qu'ils reçoivent, décident de se mutiner.

Ils se déferlent vers l'aéroport et le centre-ville, et se lancent dans des pillages des supermarchés, magasins, maisons, bureaux. L'insécurité menaçant les ressortissants français sur place conduit à la nécessité de l'envoi de troupes au Zaïre.

Et ce 24 septembre, une journée de forte tension, les troupes françaises arrivent. Il s'agit de 600 soldats de la 3°Cie du 2°REI alors en mission en République Centrafricaine. Ils seront déployés là où se trouvent les intérêts de la France.

A Kinshasa ; à L'aéroport de N'djili, où sera déployée une compagnie du 21° RIMa ; à l'Ambassade de France, dans la commune de la Gombe, où seront positionnés des éléments du 3° RPIMa arrivés de Brazzaville, et à la résidence de l'ambassadeur de France où des éléments du 2°REI sont déployés ;

A Kisangani, où seront déployées deux compagnies du 21° RIMa et du RICM;

A Kolwezi, où sera déployée une compagnie du 8° RPIMa.

L’opération "Baumier" est la troisième et dernière opération militaire conduite par l’armée française sur le sol zaïrois, après les opérations "Marzuka", en mars-avril 1977 et "Léopard", en mai-juin 1978.

C'est à l'issue de cette opération, qui avait duré 4 jours, soit du 24 au 27 septembre 1991, que la majorité des 2 500 français qui vivaient encore au Zaïre avait définitivement quitté le pays.

A l'issue de cette opération, le gouvernement français avait également pris la décision d'abandonner le Zaïre et de rapatrier ses coopérants civils et militaires.

Les français rentreront de nouveau au Zaïre en 1994, à la faveur de l’Opération Turquoise (au Rwanda) qui utilisait les aéroports de Goma et de Kisangani.

Via www.babunga.alobi.cd




Job KAKULE

Job KAKULE - 25/09/2020 08:24 - Répondre 

👍👍👍