Ce jour-là, 16 août comme aujourd'hui, mais en 2003, l'ancien dictateur ougandais et un des tyrans les plus sanguinaires au monde des année 70, décède à l'hôpital Roi-Fayçal de Djedda (Arabie saoudite, où il vivait en exil depuis plus de 20 ans) après plusieurs semaines de coma.

Il était alors âgé de 78 ans et souffrait notamment d'hypertension.

Il laissait derrière lui 4 femmes et 48 enfants reconnus.

Le règne de terreur d'Idi Amin Dada avait commencé en 1971, après qu'il eut chassé du pouvoir le président Milton Obote.

Il s'était terminé le 11 avril 1979 quand le dictateur avait été destitué par le Front national de libération de l'Ouganda (FNLO) et l'armée tanzanienne.

On le surnommait "le boucher de l'Afrique".

De 100.000 à 300.000 Ougandais seraient morts ou auraient été portés disparus pendant la présidence d'Idi Amin Dada, selon diverses estimations.

Il avait également expulsé d'Ouganda quelque 80.000 résidents indo-pakistanais, distribuant par la suite leurs commerces et les plantations abandonnés à ses proches.

Connu pour ses extravagances, ldi Amin Dada a également été accusé anthropophagie : durant son règne sinistre, des témoignages ou d'insistantes rumeurs décrivent le Nil charriant des cadavres, une de ses épouses découverte découpée en morceaux dans une voiture ou les anciens serviteurs du palais évoquant des têtes humaines dans les frigos.

Via www.babunga.alobi.cd




Job KAKULE

Job KAKULE - 17/08/2021 18:31 - Répondre 

Humm