Ce jour-là, 21 juillet comme aujourd'hui, mais en 1969, 1h56 TU, l'astronaute Neil Armstrong (qui participe à la mission spatiale Apollo 11) sort du module lunaire "Eagle" et pose pour la première fois le pied sur la Lune.

Il prononce alors une phrase qui restera gravée dans l’histoire : "Un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité."

L'événement est retransmis dans le monde entier et des millions de téléspectateurs écoutent, ébahis, les premières impressions d'Armstrong.

Un quart d'heure plus tard, il est rejoint par son camarade Edwin Aldrin. Et c'était ainsi, pour les Etats-Unis, une victoire décisive dans la course à l'espace engagée avec l'Union soviétique.

Jusqu'à ce jour, seuls 12 hommes (tous américains) ont pu marcher sur la Lune : Neil Armstrong et Edwin Aldrin (21 juillet 1969), Pete Conrad et Al Bean (du 19 au 20 novembre 1969), Al Shepard et Ed Mitchell (5 au 6 février 1971), Dave Scott et James Irwin (du 31 juillet au 2 août 1971), John Watts et Charlie Duke Young (du 21 au 23 avril 1972) et, enfin, Gene Cernan et Jack Schmitt (du 11 au 14 décembre 1972).

Mais pour une frange de passionnés de science-fiction, les expéditions Apollo constitueraient la plus grande escroquerie de tous les temps.

En 1974, un certain Bill Kaysing (ex-employé de la Rocketdyne, sous-traitant de la Nasa pour les moteurs de fusée) signe un livre au titre choc : "Nous ne sommes jamais allés sur la Lune : une escroquerie américaine à 30 milliards de dollars".

Selon l'auteur, les Etats-Unis n'auraient pas eu l'expertise technique suffisante pour mener à bien un tel projet.

Aussi une fausse opération a-t-elle été montée, en liaison avec la DIA (Agence de renseignement de la Défense).

Kaysing relève des anomalies et dénonce un vaste complot: "Ma conviction ne se fonde pas sur une preuve unique, explique-t-il, mais sur tout un ensemble d'éléments."

La NASA a toujours réfuté très fortement ces accusations et lors de sondages réalisés auprès de la population américaine vers les années 90, on s'était rendu compte qu'environ 20% d'entre eux étaient du même avis que Kaysing.

Via www.babunga.alobi.cd