Ce jour-là, 27 janvier comme aujourd'hui, mais en 1960, folle journée où, à la "Table ronde" belgo-congolaise, la date de l’indépendance est fixée au 30 juin 1960.

Le soir, c'est à l’hôtel Plaza (Bruxelles) que les délégations congolaises fêtent cela.

L’African Jazz leur joue, pour la 1ère fois, la chanson "Indépendance Cha Cha".

Ce 27 janvier, l’atmosphère est lourde à l’ouverture des travaux de la Table ronde.

Les représentants du gouvernement belge sont désorientés et divisés.

Ils ont l'impression que les Congolais ont remporté plusieurs victoires en quelques jours, grâce à leur "Front commun".

La Table ronde venait d'être lancée le 20 janvier.

Congolais et Belges avaient convenu que cette "Table ronde" serait décisionnelle et pas consultative, mais aussi que la décision sur la date de l'indépendance devrait intervenir avant celle sur le contenu de l’indépendance.

Ensuite, c'est ce jour-là que Patrice Lumumba prend part aux sessions pour la première fois.

Patrice Lumumba venait d'arriver la veille en provenance du Congo car il y purgeait une peine de prison à Stanleyville (Kisangani).

Il prit alors part aux débats houleux de ce 27 janvier. Lorsqu'il prend la parole, Lumumba remercie les Belges qui avaient permis sa libération et demande à son tour l’indépendance immédiate, déjà exigée dès le 22 janvier par Kasa-Vubu et le "Front commun".

Les Congolais insisteront pour avoir une indépendance immédiate.

Le ministre belge du Congo (Auguste De Schryver) fera savoir qu'il faut d'abord organiser des élections générales et mettre en place les nouvelles institutions.

Tout cela pourrait être bouclé, dira-t-il, au 15 juillet.

Le "Front commun" proposera une date présentée comme "de compromis" : le 1er juin 1960.

Après une longue suspension de séance, le ministre belge du Congo se résout à présenter un calendrier "accéléré", pour aboutir au 30 juin.

Les Congolais l'acceptent, malgré les divergences.

Le soir même, au quartier général des délégués congolais (l’hôtel Plaza, près de la place Rogier, à Bruxelles), le chanteur Kabasele et l’African Jazz jouent pour la première fois la mémorable chanson "Indépendance Cha Cha", qui résonne aujourd’hui encore comme une chanson de victoire et d’unité.




Job KAKULE

Job KAKULE - 29/01/2022 23:00 - Répondre 

Bien