Ce jour-là, 7 novembre comme aujourd'hui, mais en 2019, Bosco NTAGANDA, ex-chef de guerre en RD Congo, est condamné à 30 ans de prison.

C’était l’un des cinq chefs de guerre congolais à avoir comparu devant la cour de La Haye.

Ce 7 novembre 2019, à l’issue d’un marathon judiciaire qui a débuté en 2015, et après avoir été reconnu coupable, en juillet 2019, de 18 chefs de "crimes de guerre" et "crimes contre l'humanité" (pour les faits commis en Ituri, dans l'est de la RD Congo, entre 2002 et 2003), Bosco Ntaganda est fixé sur son sort : les juges de la Cour pénale internationale (CPI) rendent leur verdict et le condamnent à 30 ans de prison.

Né au Rwanda, Bosco Ntaganda fait ses premiers pas dans l'armée au sein du Front patriotique rwandais (FPR).

En 1996, il fait partie du contingent rwandais qui s'installe en RD Congo.

En 2002, Bosco Ntaganda jouera un rôle central dans la planification des opérations de l'Union des patriotes congolais et de son bras armé, les Forces patriotiques pour la libération du Congo (FPLC) dans la région de l'Ituri (dans l'est de la RD Congo).

Lors de la réunification du pays, il intègre les Forces Armées de la République démocratique du Congo et finit par devenir Général de 2007 à 2012, avant de faire défection et de se retrouver parmi les membres fondateurs du groupe rebelle M23 (qui a finalement été vaincu par les forces du gouvernement congolais en 2013).

A la suite de dissensions, accompagnées de combats au sein du mouvement, Bosco Ntaganda est contraint de fuir au Rwanda et se réfugie à l'ambassade des Etats-Unis à Kigali, d'où il demandera son transfèrement à la CPI.

Via www.babunga.alobi.cd




Job KAKULE

Job KAKULE - 07/11/2020 15:37 - Répondre 

🤔🤔🤔